Les maladies de l’âne

Nos amis les ânes, s’ils sont des animaux très résistants à la douleur n’en sont pas moins des êtres vivants dont il faut s’occuper et surveiller la santé régulièrement. Les ânes sont, je vous disait plus haut, des animaux très résistants à la douleur, ils montrent des signes de faiblesse et de fatigue que très tardivement, et bien souvent il est trop tard.

L’âne est un herbivore plutôt rustique. Il est d’origine africaine et vivait dans des régions arides et désertiques.

Dans nos campagnes, les ânes pâturaient souvent avec les bovins, dont ils se nourrissaient des refus. Ils se régalent de ronces et de chardons et malgré ce régime spartiate ils arrivent à se nourrir, à travailler, à se reproduire, tout cela avec globalement peu de soucis de santé.

La pathologie digestive est plutôt rare chez l’âne convenablement nourri. Il est donc très important de surveiller votre âne.

La température rectale de l’âne se situe entre 36°et 37°. A 37.5°, il est en hyperthermie.

Sa capacité respiratoire est bien inférieur à celle d’un cheval, un âne ne fera pas un galop soutenu, par contre il est très endurant et marchera sans problèmes, 30 km, voire plus, avec une charge de 40kg.

Il est important de valoriser ses aliments, nombre de maladie proviennent d’une mauvaise nourriture, souvent trop riche !

PRISE de POIDS = augmentation des risques.

= 1) Fourbure.

= 2 ) Lypidose hépathique.

= 3) coliques.

FOURBURE

- La fourbure est une congestion inflammatoire aiguë du pied. La cause principale est une nourriture déséquilibrée, surtout trop riche : excès d’avoine, pâture de printemps, passage trop rapide entre le foin et l’herbe.

En raison de l’inextensibilité de la boite cornée, elle entraine un arrêt circulatoire localisé avec diminution ou interruption de l’irrigation sanguine des tissus.

Il se produit alors une perte de cohésion entre les structures osseuses et la boite cornée. Cela provoque la création d’un espace sanguin entre l’os et la corne provoquant le basculement de la troisième phalange vers l’avant.

A l’extrême, la troisième phalange peut perforer la sole, le sabot peut alors se détaché de la partie vivante du pied.

Dans la plupart des cas, une fourbure prise à temps, peut se soigner. Cependant un âne fourbu sera sujet toute sa vie aux récidives, aux fourmilières et aux abcès.

LES COLIQUES

- Une douleur propre à chaque animal. Ce terme correspond à l’expression d’une douleur abdominale chez les équidés. Elle se présente par des symptômes caractéristiques : l’animal se campe, se regarde les flancs, se couche se relève et fini par se rouler.

L’agitation de l’animal peut être extrêmement violente. Dans la plupart des cas l’âne à l’inverse du cheval, adoptera une attitude prostrée, immobile.

La cause de la colique est très souvent indépendante de la violence de son expression, surtout chez l’âne, qui exprime peu la douleur abdominale.

Les coliques sont rares chez l’âne, mais il faut surveiller son animal, attention de ne pas négliger un animal prostré, anormalement immobile dont le transit digestif est inaudible.

Le traitement de la colique doit être impérativement confié à son vétérinaire, car le pronostic vitale est peut être engagé.

LES DIARREES

- Après le ralentissement et l’arrêt du transit digestif, à l’opposé, on peut rencontrer des diarrhées chez les ânes, diarrhées qui correspondent à l’émission de matières fécales ramollies ou liquides.

Les causes de la diarrhée chez l’âne sont extrêmement nombreuses : rations très humides et/ou très riches en céréales.

On rencontre aussi des causes infectieuses,bactériennes avec des colibacilloses et des salmonelloses notamment.

Les infections infectieuses sont très rares chez l’âne adulte. Il n’en est pas de même pour l’ânon, chez qui il s’agit souvent de symptômes septicémiques, le vétérinaire devra intervenir rapidement dans ce cas la.

LA VACCINATION

- Si la vaccination n’est pas obligatoire, si l’on ne propose pas son âne dans des concours ou expositions, elle est fortement conseillée :

Annuellement il est conseillé une visite vaccinale par son vétérinaire. Tétanos, Grippe, Rhino-pneumonie.

Même si nous sommes capable de faire une piqure intramusculaire, laissons faire le vétérinaire, il est l’homme (ou la femme) de l’art.

-  Tétanos = clostridium tétanie

- La grippe = 77 N7 – H3 N8

- La rhino = EH V1 – EH V4

La première piqure pour l’ânon sera administrée dans les 48 h après la naissance. L’ânon est immunisé en théorie par le colostrum( premier lait) et ensuite par le lait de sa mère.