Sucrette

 

sucrette_anesse200801-4

SUCRETTE : un amour de douceur.

 

Bonjour les amis des ânes, je m’appelle Sucrette. Ma maman Manon et mon papa Kakao sont heureux de mon arrivée dans l’arche de Roland notre maître à tous. Ma tantine s’appelle Praline et c’est elle qui a choisi mon prénom, car, nous avons décidé que chaque frère, sœur, cousin ou cousine qui compléteront la famille au fil des ans auront des noms de friandise.

Nous serons tout miel et gentillesse tout au long de notre vie, en plus cerise (confite) sur le gâteau, je suis née le 9 Août, jour de la saint amour, je suis donc un amour de douceur.

Ma marraine Marie Lou, (elle est presque de la famille, ses deux grands-mères s’appelaient, pour l’une Beaudet et l’autre Mulet ça ne s’invente pas, hein). Mon parrain, Paul, lui est un grand randonneur. Cette année il a accompli le pèlerinage de st Jacques de Compostelle, 1530 km en 50 jours. Avec une telle famille, je devrai dans les années à venir faire trembler à grands coups de sabots tous les chemins de randonnée de notre belle et douce France.

J’ai maintenant 4 mois, mon parrain et ma marraine m’ont offert un licol et une longe, je viens de faire ma première sortie, 1 ou 2 km ce n’est pas beaucoup, mais je vous avoue, à l’arrivée j’en avais plein les sabots.

Puisque vous êtes la, je vais vous raconter ma première escapade

Lorsque nous allons nous promener, il y a Cadine la douairière, Praline, ma tantine, et Manon, ma maman. Nous allons fureter au gré de l’humeur du moment sur les chemins de terre et les bois de notre campagne, quelle découverte, j’en ai mal à la tête de regarder de partout à la fois.

Les herbes folles du chemin n’ont pas le même goût et la même odeur que celle de mon pré, alors je profite de chaque arrêt pour brouter ça et la, quelques feuilles et quelques fleurs sur les bordures. Roland, il n’aime pas ça, mais je le regarde avec une mine triste et confuse, alors il soupire et me laisse faire. Ma mère m’a dit que j’avais intérêt à en profiter car ça ne durera pas. En attendant elles sont toutes bien contentes de mes facéties, car elles aussi profitent des arrêts multiples pour casser la croûte sur les bords du chemin.

Il y a aussi tout les gens que nous croisons et qui veulent à tout prix me caresser, ils ne tarissent pas d’éloges à mon encontre. Ho ! Qu’elle est belle ! Ho ! Qu’elle elle mignonne ! Arrêtez, arrêtez, vous allez me faire prendre la grosse tête. Quoique, c’est vrai après tout que je suis pas mal gaulée, quand je serai grande je serai peut être Top Modèle, je ferai la couverture des Cahiers de l’Âne ou de Passion Ânes, les paparazzis se bousculeront pour me prendre en photo chaque fois que je croiserai un Play- cadichon, les journaux à sensation feront leurs titres de mes voyages et de mes randonnées fantastiques dans le monde entier. Je serai la Modestine du 21 siècle, ne t’inquiète pas mon Stevenson, j’arrive. Nous révolutionnerons le monde ânier, les albums de photos, les livres d’aventures relatant ma vie se succéderont et rempliront les étalages des magasins spécialisés…………….. !

Bon ça va, arrêtons le délire, vous me faites dire n’importe quoi, je n’ai pourtant pas fumé, ça doit être les feuilles de vigne que j’ai goûtées tout à l’heure qui me tournent la tête.

Mais que vois-je, nous sommes déjà revenu ? J’aperçois le portail de l’enclos. C’est fini pour aujourd’hui, décidément cette ballade était bien trop courte, j’ai mal aux yeux, j’ai les sabots qui chauffent mais vivement la prochaine ! ! ! ! ! ! !

A bientôt pour la suite de mes aventures sur le site lanierdesaintpierre.free.fr

Sucrette