Conseil pour randonner avec un âne

amandin_01-2.jpg

 

LA MARCHE :

Afin de maintenir la régularité d’un parcours, quelques conseils et quelques bonnes habitudes s’imposent :

1) Tout au long du parcours vous tiendrez l’âne en longe, pour éviter de vous faire marcher sur les pieds, tenez la longe de la main droite et tenez le licol avec votre main gauche à hauteur de la muserolle, vous maintiendrez l’âne à une longueur de bras, l’âne à toujours tendance à se rapprocher de vous, après un certain temps la position idéale viendra naturellement et vous pourrez lâcher la muserolle.

2) Chaque touffe d’herbe peut être une tentation pour cadichon, le randonneur doit être ferme, on ne broute pas quand on randonne, par contre une pause de 30mn, toutes les deux heures, à l’ombre et dans un endroit bien herbu sera l’idéal pour votre bourricot et pour vous reposer les gambettes.

3) Rappel : (UN ÂNE SE POUSSE, IL NE SE TIRE JAMAIS), si votre animal est récalcitrant, placer un marcheur devant, les autres derrière, il suffira d’agiter une petite branche et tout rentrera dans l’ordre, pas de coups, bien souvent la voix suffit.

4) Si l’âne vous échappe, laisser faire, il n’ira pas loin, c’est un jeu test de sa part auquel il ne faut pas se laisser prendre, car vous pourriez courir longtemps et il court plus vite que vous.

Surtout : EVITER DE CRIER  ! Continuer à marcher normalement et parler lui simplement en lui proposant une friandise qu’il connaît bien Pain, Pomme, Sucre. Si cela ne suffisait pas contourner le pour lui bloquer la route, en mettant simplement vos bras en croix sans les agiter.

5) Si l’animal se refuse à traverser un ruisseau ou un pont ou bloque devant une plaque métallique , il y a trois solutions :

Primo : on peut essayer de lui mettre un vêtement sur la tête et faire une tentative, mais ce n’est pas gagné.

Deusio : La technique consiste à prendre la corde de 5 mètres, à l’attacher au licol, à la faire passer autour des fesses en la tenant d’une main, il suffira ensuite de tirer alternativement d’un coté puis de l’autre et votre âne avancera.

Tierso : Si les deux premières méthodes ne marchent pas, il faut trouver un autre chemin.

6) Ne criez jamais, restez calme et patient. Responsable de la randonnée, vous êtes le chef, mais surtout pas le despote : un âne « n’obéit » jamais, il doit comprendre d’abord, un âne n’est pas têtu, il réfléchi longtemps. Fort de cette philosophie les grands espaces vous sont promis.

BÂTER UN ÂNE

 

1) Approchez toujours l’animal de face, parlez lui doucement et surtout ne le surprenez jamais avec des gestes brusques et des cris.

2) Préparation de l âne : Etrillez et brossez le en insistant particulièrement aux endroits ou repose le bât et au passage des sangles (du bon entretien de l’animal dépendra la réussite de votre randonnée).

3) Placer le tapis sur le dos en vérifiant qu’il n’y a pas d’épine ni de pli, ensuite poser le bât appuyé au creux de l’épaule en arrière du garrot. Le bât tient uniquement grâce à la sangle qui passe sous le ventre (La sous ventrière).Il est important de bien positionner la sous ventrière sur le sternum et non sur les cotes ou le milieu du ventre, cela empêcherait l’animal de respirer librement.

4) L’âne est malin, il gonfle son ventre lorsque vous positionnez la sous ventrière, laissez le s’habituer au bât et resserrez fermement une dernière fois. Les autres sangles (Avaloir et Bricole) sont préréglées, elles servent uniquement à empêcher le bât de glisser vers l’avant ou vers l’arrière en descente ou en montée.

LE CHARGEMENT  :

1) Il est essentiel de bien équilibrer le chargement, il est très important que les sacoches aient le même poids ! ! !

2) Pensez à votre âne, les objets durs et pointus ne doivent pas être contre les flans.

3) Respectez le centre de gravité du chargement : les objets lourds au fond des sacoches et les plus légers dessus.

4) Pour une bonne randonnée il est conseillé de ne pas charger votre brouette à quatre pattes au delà de 40 kgs. (Si vous avez un grand âne, vous pouvez mettre 20 kg de plus). Mais vous connaissez le dicton, qui veut voyager loin ménage sa monture !